Agrandir le texte

Zoom in Regular Zoom out

silver’toit

Vivre dans une habitation pratique et confortable sans faire d’investissements inutiles.

MODE D’EMPLOI

Cliquez sur le titre de l’histoire qui vous intéresse pour l’ouvrir ou la refermer. Si vous souhaitez réagir en posant vos questions ou contribuer en apportant vos remarques et propositions, rendez-vous en bas de page dans la partie « Poster un nouveau commentaire ». Vous pouvez également consulter les autres contributions et y répondre directement grâce au bouton « Répondre » qui s’affiche sous le message.

les histoires

1 - Monique : Trouver des solutions pour le logement sans se faire arnaquer

Monique a 87 ans, elle est diabétique et souffre d’une maladie articulaire aux genoux. Elle vit avec son conjoint de 92 ans. Son appartement, qu’elle occupe depuis plus de 40 ans, est situé au 4ème étage. L’ascenseur démarre au 1er étage. Elle est propriétaire dans une copropriété de 19 lots.

Monique souhaite rester dans l’appartement. Tant qu’elle peut supporter cette situation elle refuse l’idée de déménager. Elle souhaiterait que la copropriété fasse des travaux pour que l’ascenseur démarre du rez-de-chaussée. Mais la majorité des copropriétaires, des jeunes couples, refuse et préfère engager des travaux d’isolation et d’embellissement de la façade.

Monique est triste à l’idée de quitter son appartement. Elle ne sait pas comment convaincre la copropriété de faire les travaux. Elle souhaite y rester le plus longtemps possible. Elle ne sait pas qui contacter pour simplement faire des devis ou être conseillée. Si elle devait finalement déménager, elle appréhende les recherches, le déménagement et les arnaques.

Pour aider Monique plusieurs solutions ont été imaginées :

  • Vendre l’appartement pour en acheter un mieux adapté (impliquer la famille)
  • Conduire la copropriété à accepter les travaux (impliquer l’Agence Nationale pour l’Information sur le Logement, la Mairie, le Conseil Départemental)
  • Rechercher des aides pour aider la copropriété dans la réalisation des travaux
  • Apprendre à Monique à prendre confiance pour éviter les arnaques
  • Trouver une solution pour être bien accompagnée dans les démarches (impliquer des associations, enseignes…)
  • Chercher s’il existe des aménagements alternatifs possibles (impliquer les acteurs de l’immobilier)
  • Créer une base de données sur les logements accessible dans le quartier ou la ville

Réagir à cette histoire

2 - Charles : Être aidé par la domotique mais sans se tromper de solution

Charles a 89 ans. Il vit seul dans son appartement et est relativement isolé. Sa famille vit assez loin, ses voisins les plus proches sont à 200 mètres. Jusque-là tout va bien, mais il devient de plus en plus « tête en l’air » : il oublie d’éteindre la lumière, de couper la plaque de cuisson ou encore de fermer la porte.

Charles souhaite rester dans son appartement mais il a bien conscience que ses fautes d’attentions peuvent lui poser des problèmes. De son côté la famille est inquiète. Ensemble ils souhaitent explorer des solutions sécurisantes pour tout le monde.

Charles, comme sa famille, veulent identifier des solutions mais ne savent pas où les trouver ni par où commencer. Ils s’interrogent sur la domotique ou des systèmes d’automatisation. Avec les objets connectés dont ils ont entendu parler, ils se demandent si la famille pourrait à distance être informée de possibles problèmes.

Pour aider Charles plusieurs solutions ont été imaginées :

  • Faire appel à des professionnels de la domotique (en impliquant le Centre d’information et de conseil en aides techniques et accessibilité)

Réagir à cette histoire

3 - Heinz : Anticiper des besoins d’aménagement en fixant les bonnes priorités

Heinz a 68 ans, Il est en forme et continue de faire du vélo. Seulement, il a un peu trop forcé dans une petite côte et a été victime d’une rupture du tendon d’Achille. Il vit avec son épouse dans une maison avec la chambre et les toilettes à l’étage. Sa femme commence à avoir des problèmes de rhumatisme, mais rien de bien inquiétant.

Heinz souhaite aménager la maison pour se déplacer plus facilement durant la longue période de guérison que le médecin lui a annoncé, du fait du soin tardif de sa blessure. Cette situation le fait réfléchir sur l’adaptation de la maison en cas de problèmes de santé futurs. Il en a parlé avec son épouse qui pense à l’évolution de ses rhumatismes.

Heinz et son épouse sont interrogatifs : comment savoir quels travaux engager pour répondre aux besoins du moment, mais aussi en anticipation de problèmes qui aujourd’hui n’existent pas encore. Ils se disent que quitte à faire des aménagements, autant en faire à l’avance pour éviter de devoir un jour déménager. Mais comment éviter de trop se tromper ?

Pour aider Heinz plusieurs solutions ont été imaginées :

  • Location d’un fauteuil roulant
  • Installation d’une rampe dans l’escalier (impliquer des artisans)
  • Installation d’un monte-personne (impliquer la mutuelle, des entreprises spécialisées…)
  • Demander un diagnostic de la maison pour prioriser les aménagements (impliquer le Centre de ressources, d’information et de conseil en aides techniques et accessibilité, le Centre communal d’actions sociales, la Mairie…)

Réagir à cette histoire

4 - Pablo : Faire des travaux dans son logement sans exploser le budget

Pablo a 81 ans. Il est propriétaire d’un appartement dans une petite copropriété. Les enfants sont partis depuis longtemps et sa compagne est décédée. Il a perdu en autonomie du fait de raideurs musculaires. Depuis quelques temps il est démarché par des entreprises : isolation, panneaux solaires, portes blindées, vidage de greniers ou de caves…

Pablo souhaite vivre aussi longtemps que possible dans son appartement. Pour cela il souhaite faire des travaux d’adaptation ou d’amélioration. Ces travaux, il les imagine notamment dans la salle de bain. Il souhaiterait également faire changer la fenêtre de la chambre d’amis qui n’est plus étanche à l’air.

Si Pablo a envie de faire ces travaux, il est inquiet car les entreprises lui proposent souvent plein de choses dont il pense n’avoir pas besoin. Il doute aussi parfois des propositions qui lui sont faites quant à la réelle qualité des produits au regard de leur prix. D’autant que ses moyens sont limités. Mais Pablo a aussi conscience qu’il se trompe peut-être parfois.

Pour aider Pablo plusieurs solutions ont été imaginées :

  • Aider Pablo à exprimer ses besoins (impliquer la famille, la Mairie, les élus…)
  • Pour financer les travaux envisager un viager partagé, une cohabitation, une colocation…

Réagir à cette histoire

5 - Famille Wolff : Acheter un logement sans oublier que l’on va y vieillir

La famille Wolff a deux enfants adolescents. Les parents sont encore jeunes et ont une activité professionnelle. La famille est aujourd’hui locataire d’un petit appartement dans une ville moyenne. Les grands-parents, les cousins et les amis sont eux aussi sur la même commune.

La famille Wolff veut devenir propriétaire de son appartement. Elle souhaite à cette occasion avoir plus d’espace. Les parents souhaitent rester sur la commune où ils ont leurs proches. Ils pensent qu’après cet achat, ils ne déménageront plus. Cela les conduit à imaginer que l’appartement soit évolutif, pour qu’il reste adapté dans leur avancée en âge.

La famille s’interroge sur comment être dans l’anticipation pour que le logement permette d’y vivre vieux et en bonne santé (nouvelles technologies, télésurveillance, télégestion…). Ils se demandent également comment ils vont financer les surcoûts liés à cette adaptation.

Pour aider la famille Wolff plusieurs solutions ont été imaginées :

  • S’informer auprès des pouvoirs publics (impliquer la collectivité)
  • Se renseigner auprès de professionnels (impliquer des promoteurs immobiliers)
  • Massifier ce type de demande pour réduire les coûts

Réagir à cette histoire

participez !

avatar
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
M'envoyer un mail quand
Vincent
Invité
Vincent

Participez :

Est-ce que vous vivez ou connaissez une situation semblable ?
Que pensez-vous de ces solutions ?
Vous aussi vous avez la parole. Vous pouvez apporter vos commentaires, remarques, questions et suggestions.

Jeanne H.
Invité
Jeanne H.

Je viens de regarder au JT de France2 un reportage sur Ages et vie une collocation pour personnes âgées. C’est un bel exemple de projet.

Blandine
Invité
Blandine

L’actimétrie pourrait représenter une sécurisation pour ses proches, pour déceler certaines « anomalies » (le détecteur de fumée qui s’enclenche, la porte qui reste ouverte trop longtemps par rapport à d’habitude, etc.). Mais contrairement à la domotique, cela ne permettrait pas de contrôler à distance les appareils du quotidien.
On pourrait également penser à développer le réseau de voisinage, si cela est possible.

Stève (Alsace Active)
Invité
Stève (Alsace Active)

Est-ce que vous avez des exemples de réseaux de voisinage qui sont actifs?

La tortue
Invité
La tortue

Je vieillis, j’y penses et puis comme on ne sait pas combien de temps, on ne sait pas quand on va mourir alors je ne me prends pas la tête a penser à des choses qui ne nous servirons à rien si on vie pas si vieux.